La classification économique des impôts

L’impôt est l’une des principales ressources de l’État. À cet effet, chaque contribuable doit l’effectuer, dépendant de sa capacité et de ses activités. Il existe plusieurs manières pour classifier l’imposition : la classification économique, administrative et selon les services fiscaux. En ce qui concerne la classification économique, elle dénombre 3 types d’impôts, dont l’impôt sur le revenu, l’impôt sur la dépense et sur le capital.

 

L’impôt sur le revenu

De par son nom, l’impôt sur le revenu est déduit des revenus de chaque individu. Il est considéré comme un impôt direct, puisque la prestation est effectuée directement par le contribuable.
Il existe deux manières pour asseoir l’imposition sur le revenu. D’un côté, on peut utiliser le système d’impôt unitaire. Dans ce cas, l’impôt frappe tous les revenus, qu’ils soient salariaux ou non salariaux. Ce type de paiement est surtout appliqué dans les impôts sur les sociétés et des revenus de personnes physiques. D’un autre côté, il est aussi possible de frapper séparément chaque revenu. Autrement dit, il existe un impôt particulier pour chaque revenu. Ce système est appelé : l’imposition cédulaire.
Il est à noter que l’impôt sur le revenu est un impôt personnel. Il tient compte de la faculté contributive de chaque contribuable. Ainsi, certaines personnes peuvent payer plus d’impôts par rapport aux autres, dépendant de la valeur de ses revenus.

L’impôt sur les dépenses

L’impôt sur les dépenses concerne l’utilisation et l’exploitation des richesses. Il s’agit d’un impôt indirect, car les taux d’imposition sont fixes, malgré la faculté de chaque contribuable. De plus, il est généralement figuré à l’intérieur des produits consommables.
Il existe plusieurs types d’impôt sur les dépenses. Parmi cela se trouve la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA), la taxe sur les produits pétroliers, etc.
Par ailleurs, la valeur de l’impôt peut être calculée de diverses manières : soit en cascade, soit en taxe unique ou en valeur ajoutée. Dans une imposition en cascade, l’impôt est perçu à chaque stade de la production. À l’inverse, dans une imposition en taxe unique, l’imposition se fait sur un stade bien déterminé. Enfin, l’imposition sur la valeur ajoutée suppose la taxation à chaque stade de production, mais en déduction des taxes payées en amont.

L’impôt sur le capital

L’impôt sur le capital est la dernière classification économique de l’impôt. Celui-ci frappe la valeur du patrimoine et de la richesse accumulée par le contribuable. Cela peut s’agir d’un terrain, d’un immeuble ou de certains meubles. Le calcul de l’impôt se fait généralement par indice. Toutefois, si le bien est somptuaire, c’est-à-dire incomptable, il faut effectuer une évaluation objective.
En outre, plusieurs impôts sont englobés dans ce type d’imposition. On peut notamment citer : le droit d’enregistrement, le droit de succession, l’impôt de solidarité sur la fortune, etc.