Le règlement des frais d’intervention du plombier entre le propriétaire et le locataire d’un logement

Comme dans toutes les constructions, un problème de plomberie peut arriver à tout moment. Ce qui requiert les services d’un plombier. Seulement, quand il s’agit d’une intervention dans un logement en location. Le règlement de la facture du professionnel pose problème. En effet, le propriétaire et le locataire ne savent pas toujours qui doit payer le plombier. Dans notre article, vous allez découvrir qui doit prendre en charge les frais d’intervention du plombier et ce que vous devez faire en cas de litige.

Paiement du plombier : locataire ou propriétaire ?

Selon la loi, les frais du plombier lors de ses prestations sont à payer soit par le locataire soit par le propriétaire du logement. Tout dépend de la nature et surtout des causes du problème. Effectivement, si le problème de plomberie est causé par :

  • La vétusté des installations.
  • Une source externe qui n’est pas en relation avec le locataire comme les catastrophes naturelles.
  • Un défaut de construction.
  • Un manque d’entretien des équipements.

C’est le propriétaire du logement qui devra prendre en charge les dépenses liées à la réparation. De même, si le problème était déjà là avant que le nouveau locataire ne s’installe dans le logement, les frais d’intervention du plombier seront à la charge du propriétaire du bien immobilier en location. Il est cependant important de souligner que dans le cas où le locataire ne réalise pas les entretiens requis des équipements de plomberie d’un logement. C’est à lui que revient la responsabilité de payer le plombier pour les réparations lourdes à effectuer. Si les dégâts sont le résultat de l’usage au quotidien des équipements ou de la négligence du locataire. C’est ce dernier qui devra payer le plombier. Le locataire devra aussi s’acquitter des frais d’intervention du plombier pour les petites séparations, l’entretien annuel de la chaudière ou encore le débouchage des canalisations suite à ses activités. Le débouchage des canalisations est du ressort du propriétaire du bien immobilier si le bouchon est de cause naturelle. Les frais de plombier pour la vidange des fosses septiques, des puisards et des fosses d’aisances seront également à la charge du locataire.

Ce qu’il faut faire si le propriétaire refuse de payer les frais d’intervention du plombier

Lors de l’intervention d’un plombier, le propriétaire d’un bien en location, le locataire estime que c’est au propriétaire du logement de s’acquitter des frais engagés pour les réparations. Seulement, le propriétaire refuse de le faire. Dans ce cas, vous devez demander au propriétaire les justificatifs de l’entretien régulier des équipements de plomberie de la construction. S’il vous les donne et vous constatez que tout est en règle, il est possible que ce soit vous qui devrez payer le plombier. Par contre, s’il ne peut pas vous les montrer, vous n’êtes pas dans l’obligation de payer le plombier. Il est cependant nécessaire de souligner qu’avant de contacter un plombier pour les travaux de plomberie chez vous. Vous devez contacter le propriétaire du bien immobilier. Il peut en effet s’opposer à votre demande de remboursement si vous ne le contactez pas avant. Le mieux serait de discuter avec votre propriétaire pour trouver un accord.

Ce qu’il faut faire quand le locataire refuse de payer les frais d’intervention du plombier

En tant que propriétaire d’un bien immobilier en location, vous estimez que les travaux en plomberie réalisés sont à la charge du locataire. Seulement, ce dernier refuse de s’acquitter de la facture. Dans ce cas, sachez que vous êtes dans le droit de refuser la facture que le plombier vous propose. Vous n’êtes même pas tenu de la régler si le locataire ne vous a pas consulté avant la réalisation des travaux. Pensez d’ailleurs à demander les attestations pour l’entretien régulier des équipements pour vérifier que le locataire les a bien réalisés. Vous pouvez aussi retenir une partie du dépôt de garantie du locataire pour les frais du plombier.