Les droits dont on jouit même en étant en prison    

Le prisonnier est la personne qui est sous le coup d’une sanction pénale à type de privation de liberté. Étant en infraction par rapport à la loi, ils ont une certaine restriction par rapport à leur droit. Cependant, ils ont une marge de droits que l’on ne peut pas leur amputer. Ces paquets de droit sont constitués de droits familiaux, sociaux, et civiques.  

Les droits familiaux du détenu          

Même étant un prisonnier, on a droit à une famille. Le prisonnier a ainsi droit au mariage. Il peut alors se marier même étant en prison. Le mariage se célébrera sous la compétence exclusive du procureur de la République. Dans ce cas, le futur époux de la personne détenue et les témoins de mariage doivent tous solliciter un permis de visite pour pouvoir entrer dans la prison. Seuls les détenus condamnés à une peine définitive sont autorisés à user de ce droit.

Le prisonnier a aussi le droit de faire usage de son autorité parentale. C’est à dire que la personne emprisonnée a toujours le droit d’intervenir pour ses enfants mineurs. Il peut prendre des décisions concernant leurs éducations par exemple.

En cas de maladie ou de décès d’un proche, le détenu a le droit de lui rendre visite. Les prisonniers disposent aussi du droit à la maternité. On peut rester en prison et faire un enfant.     

Les droits sociaux de la personne en prison          

Socialement, les personnes en prison ont tout d’abord le droit absolu à l’information. C’est dire qu’ils doivent être informés tout d’abord par rapport au processus de leur incarcération. Ce droit va faciliter leur réinsertion après avoir purgé la peine. La personne emprisonnée a aussi droit à la santé. À cet effet, une assurance maladie doit être souscrite. Ils bénéficient ainsi de la prise en charge des frais de santé par le régime général de la sécurité sociale. Les personnes détenues ont aussi droit aux aides financières. De même, leur droit d’accès aux prestations sociales n’est pas retiré. Le prisonnier a aussi droit à un logement respectant les normes minimales pour permettre la sécurité et la santé du détenu. Cela impose des normes dans la construction des centres de détention notamment des cellules destinées à accueillir les futurs détenus.

Le droit de vote et les autres droits du détenu   

Le droit de vote fait partie des droits que l’on ne peut arracher au détenu. Les personnes emprisonnées ont bel et bien le droit de voter. Le détenu qui est inscrit sur une liste électorale peut voter soit par procuration ou par correspondance. Il est même possible dans certains cas que ce dernier fasse son vote dans un bureau de vote.

De plus, la personne emprisonnée a le droit à la justice équitable. S’il se sent lésé, il peut s’adresser de plein droit à l’administration pénitentiaire. Il peut aussi saisir le contrôleur général des lieux de privation de liberté pour toute question concernant des faits mettant en cause l’état, l’organisation ou le fonctionnement de l’établissement pénitentiaire. Le prisonnier a même le droit de faire recours à un  tribunal administratif en cas de besoin.